Sélectionner une page
Comment optimiser sa prospection avec Notion ?

Comment optimiser sa prospection avec Notion ?

Salut les amis, j’espère que vous allez bien et que votre travail avance comme vous voulez. Aujourd’hui on parle d’une question importante et souvent négligée chez les illustrateurs : la prospection.

C’est bien connu, les illustratrices et illustrateurs sont des personnes sensibles, inspirées et intuitives qui savent transmettre leurs émotions et sont des grosses quiches dès qu’il s’agit de se présenter, se vendre et faire de la compta. Bon on ne peut pas faire plus cliché. Mais on va quand même avouer que dès qu’il s’agît de se vendre, il n’y a plus grand monde.

Qui est-ce que j’ai contacté ? Mais lui, on avait pas déjà échangé ? Et merde, je viens d’envoyer un copier/coller du mail sans changer le nom de l’entreprise précédente. Avouez, on l’a déjà fait 😅.

Peut-être que vous êtes arrivé(e) à un stade ou vous n’avez plus besoin de prospecter car vous avez trop de clients, dans ce cas, bravo ! Dans la majorité des cas, en parallèle d’une bonne dose de création de contenu, la prospection à toute sa place. Aujourd’hui, on ne va pas parler de ce qu’est la prospection, ni établir une stratégie de prospection. Promis, on en parlera dans un prochain article (enfin si vous me le demandez en commentaire).

Je vous propose simplement de poser les bases en partant de zéro. Partir de zéro, c’est avoir une base de données pour collecter et faire le suivi de ses clients, prospects. Et pour cela, rien de mieux que Notion.

Créer sa base clients avec Notion.

Vous en avez sans doute déjà entendu parler, Notion est un outil en vogue. Il est particulièrement apprécié car il permet à n’importe qui de réaliser des trucs cools – une base de données entre autre – que seuls des développeurs pouvaient faire avant. C’est pour cela qu’on parle de No code. En gros : plus besoin de savoir coder pour se construire un fichier client bien foutu.

C’est parti !

Je crée mon compte Notion.

Cela prend 2 minutes. On se rend sur la page de connexion Notion. Je vous conseille de vous connecter avec votre adresse mail. Notion vous envoie un mail avec une suite de 20 lettres. Il ne vous reste plus qu’à coller ce code sur la page ou encore plus simple : de cliquer sur le lien magique.

NB : On peut aussi installer Notion comme Applications sur son ordi. C’est assez pratique.

Paf, c’est bon. Vous êtes arrivé(e) sur Notion.

Je crée ma base de données

On crée une nouvelle page dans la colonne à gauche, avec le petit + à droite de page privée. On va l’appeler Base de données. C’est là où on va tout stoker.

On ajoute une page à l’intérieur, toujours avec le petit +. On l’appelle Contacts. On choisit Table (en gros un tableau comme un Google Sheet ou un Excel).

Paf, voilà notre base de clients et prospects créée.

De la même manière, on crée une autre page que l’on va appeler Entreprises. On choisit aussi Table.

Dans notre page Contacts, on va changer notre colonne Etiquettes pour un champ de type E-mail qu’on appelle Email.

Dans la troisième colonne, on rajoute un champ de type Sélection que l’on va appeler Poste.

C’est un bon début. On peut déjà créer un premier contact. C’est Jean-Michel. Il est DA. (non, vous connaissez un Jean-Michel DA ?). Comme vous le voyez, on peut ajouter d’autres métiers dans la liste.

Maintenant, penchons-nous du côté de notre base de données Entreprises. On change la colonne Etiquettes pour un champ de type Sélection que l’on va appeler Secteur.

On a terminé du côté de la base de données. Pour être sûr(e) de ne pas faire nimporte quoi par la suite, on va garder toutes les données qui seront ajoutées bien au chaud dans ces 2 pages. Tout sera ajouté automatiquement ici mais on ne va plus y toucher. On peut changer l’emoji pour se rappeler que c’est notre base de données et qu’on ne touche pas à ce tableau.

Je crée mon tableau de bord

Maintenant, dans la colonne, on va se créer une nouvelle page Tableau de bord (hors de la base de données). C’est la page depuis laquelle on va pouvoir suivre nos contacts et les entreprises. On va choisir Vide avec icône.

On va ajouter cette page aux favoris. Elle se retrouve immédiatement en haut à gauche.

Sur cette page vide Tableau de bord, on va taper la touche / (c’est un raccourci pour ajouter du contenu). Une liste apparaît. On tappe /vue ou /view et on sélectionne Vue « table ».

Puis, dans la liste de table à droite, on choisit la base de données que l’on veut importer : Contacts.

Que vient-on de faire ? Nous venons de créer une vue en important notre base de données Contacts. C’est exactement comme notre base de données. On peut ajouter des colonnes, la modifier, faire des filtres… sans risque d’effacer nos données qui restent stockées dans Base de données.

On fait de même avec Entreprises. Et voilà, sur notre page Tableau de bord, nous pouvons suivre nos contacts et nos entreprises.

Maintenant, et c’est là qu’intervient la puissance de Notion, on va les connecter entre elles. Prêt(e) ?

Dans notre nouveau tableau Contacts, on ajoute une nouvelle colonne de type Relation. Et on choisit de mettre notre tableau Contacts en relation avec notre tableau Entreprises.

On coche Afficher dans Entreprises. Cela permet que la relation marche dans les deux sens. Et hop, on ajoute la relation.

Tin diiiiiiiiin ! Nos deux tableaux sont connectés entre eux. Ben, qu’est-ce que ça a changé ? Attendez voir. On passe à la suite.

J’installe l’extension Save to Notion

On va aller ajouter une petite extension de navigateur pour importer du contenu. Cette extension s’appelle Save to Notion. C’est très très pratique vous allez voir. Notion a aussi un outil, le Web Clipper de Notion mais ce n’est pas aussi puissant.

Avant d’utiliser cette extension, on va se rajouter une dernière colonne site web dans notre nouveau tableau Entreprises avec un champ de type url.

Maintenant que c’est fait, on va configurer notre nouvelle extension Save to Notion. Cliquez sur le petit symbole dans la barre d’extension de votre navigateur. (Si si, un petit avion en papier noir sur fond blanc). Une fenêtre apparaît. On sélectionne l’espace de travail (à priori vous n’en avez qu’un pour le moment). Et on choisit d’importer des données vers notre base Entreprises.

Et regardez-moi un peu ça. Cette extension va nous permettre d’importer directement du contenu dans notre base de données Entreprises depuis les pages web des entreprises. Vous pouvez configurer l’outil pour faire correspondre les colonnes de votre tableau Entreprises avec ce que l’outil va trouver sur les sites.

Nom va avec Page Title, site web va avec Page Url, Cover importe une image, icon importe le logo de l’entreprise. Vous pouvez sauvegarder.

N’attendons plus pour essayer notre outil. Allons tout de suite sur le site du New York Times où travaille d’ailleurs Jean-Michel, notre Directeur artistique. Souvenez-vous.

On clique sur notre extension Save to Notion dans notre barre d’extension. On choisit d’importer une Entreprise, le modèle d’importation que l’on a créé juste avant. Et paf, tout est là. On peut ajuster le Nom, indiquer le secteur et surtout ajouter notre DA Jean-Michel qui travaille au New-York Times. On importe avec Clip page en bas de l’extension.

Revenons sur notre tableau de bord : ça marche ! Jean-Michel travaille maintenant chez New-York Times, dont le nom vient d’apparaître dans la liste des entreprises avec le bon logo, le bon secteur, la bonne adresse du site. C’est pas mal ça non ?

Pourquoi s’arrêter là ? On va faire la même chose avec nos contacts. Dans Save to Notion, on se crée un nouveau modèle Contacts, qu’on connecte à notre base de données Contacts. Et on paramètre nos champs. Prenons un profil Linkedin au pif, celui de Jérémie Claeys par exemple (coucou Jérémie). Je peux importer son contact et renseigner tous les champs depuis son profil. Pour obtenir les emails, c’est un autre sujet mais l’ajout d’une personne vous permet d’accéder à son mail (en téléchargeant son profil en allant sur Plus puis Télécharger au format PDF). Sinon, des extensions comme RocketReach, getprospect ou encore Hunter.io vous permette de trouver des mails. (Si vous en avez d’autres, je prends) Le mieux reste l’échange direct avec la personne mais nous n’avons pas toujours cette opportunité.

Voilà des bonnes bases pour commencer.

Nous venons de voir ensemble comment débuter sa base de clients et prospects pour commencer sa prospection. Nous n’avons pas vu les 1% du potentiel de ce que l’on peut faire avec Notion. Il y a de quoi gagner beaucoup de temps mais aussi d’en perdre pas mal (attention les perfectionnistes).

On peut notamment créer des filtres pour voir des contacts selon des critères précis, trier les contacts selon les priorités, créer des formules pour nous dire quand relancer un contact, quand reprendre contact avec un ancien client…

Bref, vous l’avez compris, les possibilités sont infinies. Pour aller plus loin, je vous recommande les contenus très qualis de Shubham Sharma, notamment ses vidéos Youtube sur Notion ou son cours Notion Facile pour débuter sur l’outil.

Un bon outil pour gérer ses contacts, pour moi c’est la base. Après une bonne prospection c’est encore autre chose. Comment entrer en contact avec une personne ? Création de contenu VS Prospection, peut-on se permettre de ne faire que l’un ou que l’autre ? Pleins de questions passionnantes dont je serais ravi de parler avec vous en commentaire.

Bon travail et à bien vite.

Comment devient-on illustrateur ?

Comment devient-on illustrateur ?

Quand un enfant annonce pour la première fois à ses parents qu’il veut devenir illustrateur, c’est la foudre ! Brrrrrrrrr. ⚡

C’est un peu comme annoncer que l’on veut être pilote de formule 1, star de cinéma ou astronaute pour marcher sur la lune. Les adultes aussi ont rêvé mais ils ont aussi vite compris que la vie ne se passait pas tout à fait comme cela. Et les études ou le travail ont fini de les en convaincre.

Mais alors comment se fait il que des personnes vivent de la conduite d’une voiture de course, du fait de chanter devant des gens ou de faire des voyages dans l’espace ? De même en illustration, comment se réveille-t-on un jour en se disant “Je suis illustrateur et c’est mon métier” ?

Écouter la petite voix

La première crainte de l’entourage est légitime. Comment envisager vivre de l’art quand il est déjà difficile de trouver un simple travail ? L’avenir ne présage-t-il pas suffisamment de difficultés pour se tirer soi-même une balle dans le pied en empruntant un chemin sans issue ?

À priori, rien ne garantie qu’une personne à raison de miser sur ses dons artistiques pour mener une carrière professionnelle. Et c’est vrai, se lancer dans une carrière artistique n’est pas un choix anodin.

Pourtant, dans de nombreux cas, les personnes qui vivent aujourd’hui de leur activité artistique savent depuis leur enfance quelle serait leur trajectoire. On ne peut avoir qu’un respect pudique devant les intuitions premières d’une personne qui se cherche. Derrière ces rêves, il peut y avoir quelque chose de grand et de durable.

(Petit moment remerciement) Je ne peux que remercier ma mère qui m’a fait confiance en 3ème lorsque je lui disais manquer de quelque chose dans mon parcours scolaire. Elle a fait des recherches et m’a proposé de dessiner beaucoup plus en faisant un lycée Art Appliqué. C’est sans doute grâce à cela que je dessine encore aujourd’huI.

Passer du rêve à l’action

Se former artistiquement est un bon début. Mais un diplôme d’école n’a jamais donné un droit à un travail. Personne ne vous attendra à la sortie avec un CDI artiste ou illustrateur.

Je vois l’école d’art comme une facilitation de l’extraction des talents d’une personne. Cela passe par des grandes plages de temps consacrées à la pratique, l’accès à du matériel de qualité et diversifié, un élargissement de l’horizon artistique par la confrontation à la nouveauté. Cependant le critère qui est selon moi le plus important et qui est défaillant dans l’enseignement actuel de l’art est : l’exemple. Vous avez beau consacrer tout votre temps à la création, avec les meilleurs équipements et les meilleures références, si vous n’avez pas un exemple à imiter, vous peinez à avancer. C’est mon avis.

Pendant longtemps, les élèves ont eu des professeurs qu’ils ont espérés dépasser. Leur connaissance des arts, des courants artistiques, leur longue pratique et expertises techniques, leur connaissance des couleurs, de la fabrication des pigments, de l’anatomie, des techniques d’impression en faisait de véritables maîtres. Aujourd’hui, pour le dire un peu grossièrement, l’enseignement artistique est au carrefour de deux réalités : les enseignants ne maîtrisent plus les techniques artistiques dites “classiques”. Mais pour autant, les élèves sont meilleurs qu’eux sur les technologies et moyens de communication. À cela s’ajoutent une forte valorisation et médiatisation des métiers de l’image qui engendre une augmentation des candidats à ces carrières.

Vous l’avez compris, il y a la flamme qui brûle au fond de soi et il y a aussi la réalité du monde professionnel qui ne vous attend pas. Être illustrateur n’est pas encadré par le contour bien précis d’un diplôme qui donnerait de facto droit à un poste ou un statut social. On devient illustrateur peu à peu comme on devient chanteur, astronaute ou acteur de cinéma après un long travail et à la suite d’un parcours qui ne ressemble à aucun autre.

Il n’y a pas un métier d’illustrateur mais des illustrateurs et illustratrices et il y a de nombreuses façons d’exercer ce métier. Certains s’orientent vers l’illustration éditoriale pour la presse, les magazines, d’autres vers un dessin plus politique ou satirique, d’autres dessinent pour le domaine textile, pour les marques et entreprises avec la création de campagnes ou des produits. D’autres vendent leurs illustrations sur une boutique en ligne, en partenariat avec des galeries et magasins, font de la bande dessinée, travaille pour l’animation, le cinéma, la pub, illustrent pour des auteurs, créent leurs propres livres. Souvent, un illustrateur est à la croisée de plusieurs secteurs et c’est d’autant plus intéressant.

Je me suis fait la réflexion il y a peu qu’en tant qu’illustrateur, potentiellement, tout le monde peut être ton client. C’est un marché inimaginable et très concurrentiel en même temps. L’infinité des possibilités ne simplifie pas les choses. Car en voulant tout embrasser, on ne s’adresse plus à personne. On touche là à une question délicate, le positionnement et le style artistique. Cela fera l’objet d’un prochain article.

La carrière d’illustrateur est donc une voie à ouvrir devant soi avec volonté, patience et détermination. Si tous les chemins sont possibles pour y arriver, une formation artistique solide (malgré ce que j’ai dit avant) favorise grandement l’accès à cette voie professionnelle. On fera le point sur les écoles et formations prochainement.

Délivrer de la qualité durablement

Il est possible de travailler artistiquement au sein d’une agence de créa, d’une entreprise ou d’une institution comme salarié. Pour se lancer en tant qu’illustrateur indépendant, il faut bien avoir une chose en tête : vous allez faire plusieurs métiers en même temps.

Oui, l’illustration en indépendant est un job exaltant qui offre une grande liberté et des possibilités d’épanouissement multiples mais qui est aussi très exigeant et difficile.

En tant que professionnel indépendant de l’image, vous allez devoir trouver vos clients, avoir le recul pour entendre leur brief, définir vos prix et les défendre, délivrer un travail d’une grande qualité tout en respectant des contraintes et des délais, tenir à jour votre comptabilité, vos statuts juridiques et sociaux, gérer vos canaux de communications, gérer les liens avec vos partenaires, éditeurs, fournisseurs, imprimeurs, possiblement faire des expositions, des festivals, gérer une boutique en ligne avec des clients particuliers, des expéditions, du service après-vente… bref, et en plus de tout cela, il vous faut garder du temps pour continuer à aimer ce que vous faîte, progresser et affiner votre style.

Je ne veux pas vous décourager. C’est un travail passionnant. On est loin des 35h. Je crois que la clé du succès est là : trouver le positionnement et le style juste, l’exercer avec le plus de professionnalisme possible et être constant. Chaque point mérite un article entier. En temps voulu on en parlera.

Vous avez une autre expérience, un autre point de vue ? Je suis ravi d’en parler avec vous en commentaire. Courage et bon boulot à toutes et tous.

Comment vendre ses illustrations en ligne ?

Comment vendre ses illustrations en ligne ?

Quand on a pour projet de faire de l’illustration son métier et d’en vivre, plusieurs sources de revenus s’offrent à nous. La vente de ses propres illustrations est un bon moyen pour travailler son style et commencer à avoir ses premiers clients.

Nous allons voir les différents moyens à notre disposition pour vendre nos illustrations en ligne. J’en ai listé 5 et les voici :

  • 1. Les plateformes d’impression à la demande (Print-on-Demand)
  • 2. Les marchés en ligne (Marketplace)
  • 3. Les Saas pour créer sa boutique en ligne facilement
  • 4. Les CRM pour créer sa propre boutique sur son site
  • 5. Bonus : Vendre via les réseaux sociaux

Avant de commencer, je rappelle qu’en vendant votre premier dessin, vous n’êtes plus un dessinateur amateur mais un dessinateur professionnel. Cela a quelques petites conséquences, comme l’obligation d’avoir un statut professionnel, de déclarer vos revenus et d’autres petites commodités ☺️. Ne vous lancez pas dans la création d’un statut professionnel ou d’une boutique en ligne si vous vendez votre premier dessin à une connaissance. Lancez-vous quand vous êtes prêt(e) et que vous avez le désir de vendre régulièrement. Plusieurs statuts existent comme le statut micro-entrepreneur (auto-entrepreneur), celui d’artiste-auteur par exemple. Un prochain article détaillera ces statuts. Aujourd’hui, vous voulez créer votre boutique en ligne alors c’est parti !

1. Les plateformes d’impression à la demande (Print-on-Demand)

On commence par le moins engageant et le moins personnel, les services d’impression à la demande (Print-on-Demand). Le concept est simple : Vous publiez vos illustrations sur une plateforme qui brasse un grand public, un client achète votre dessin, la plateforme imprime et expédie votre dessin, vous recevez une rétribution. Pour des plateformes comme Society6 ou Redbubble, vous n’avez pas besoin de créer une boutique. La démarche demande peu d’efforts pour commencer si ce n’est celui de créer votre œuvre, la publier sur la plateforme et de communiquer un peu. Pour d’autres plateformes comme Printful, Printify… vous devez nécessairement avoir une boutique en ligne pour la connecter à leurs services. Cela tombe bien, je vous explique ça un peu plus bas.

Les avantages : Peu d’effort à fournir, aucun ou faible investissement financier, pas de gestion de stock.

Les inconvénients : Pas de maîtrise de la qualité d’impression, pas de maîtrise du service client, pas de création de sa propre base de clients, faible marge sur les produits vendus.

Exemples de services :

  • Printful : pas de plateforme > intégrations | coût : inscription gratuite puis coût par produit
  • Printify : pas de plateforme > intégrations | coût : 0$ ou 24,99$ /mois + coût par produit
  • Society6 : plateforme | coût : 1 $ inscription + 90% de la vente
  • Redbubble : plateforme | coût : gratuit puis coût par produit

Je n’ai encore jamais testé ce type de service. J’y pense de temps en temps pour vendre en complément de ma boutique en ligne. Pour moi, ce n’est pas l’idéal comme unique boutique. Cela peut être intéressant pour se lancer ou en complément de sa propre boutique.

Les marchés en ligne (Marketplace)

Le principe de la Marketplace est un peu celui du Print-on-Demand avec l’impression et l’expédition en moins. En gros, vous publiez vos illustrations sur la plateforme auprès d’un grand public, vos premiers clients achètent en ligne, vous gérez l’impression, l’expédition ou la remise de l’illustration puis vous pouvez demander un virement de vos gains sur votre compte bancaire. Cette solution est idéale si vous voulez vous lancer sans passer de temps à créer une boutique. Quelques belles photos, un petit texte de présentation et zou on y va !

Exemples de services :

  • Etsy : poids lourd du marché | commission : 10,8 % TTC
  • Un grand marché : vente d’objets faits main francophone | commission : 18% TTC
  • Selency : brocante en ligne | commission : 18% TTC pour les pros
  • Browsart : spécialisé en illustration | commission : 11% TTC

La Marketplace est idéale pour se lancer sans engager de frais et tester ses illustrations. Même si de nombreux clients y sont présents, il faudra un peu de communication pour lancer votre boutique. J’ai déjà testé Etsy et Selency sans faire beaucoup de vente car j’ai investi de l’énergie sur mon site. La Marketplace fonctionne bien si vous en faites votre canal de vente principal, si vous communiquez et engrangez des avis d’utilisateurs pour rassurer les futurs clients.

Créer sa propre boutique en ligne

On passe aux choses sérieuses ! Vendre sa première illustration sur une plateforme c’était déjà quelque chose ! Mais vendre ses illustrations sur son propre site c’est encore plus costaud. Vous avez déjà quelques clients ou une activité qui prend forme et vous voulez votre propre boutique. Créer son site demande plus de temps et d’investissement. C’est pourquoi j’ai divisé cette étape en deux options : créer sa boutique en ligne facilement avec un Saas (un outil clé en main en ligne) ou créer sa boutique et l’héberger soi-même (faire un vrai site en gros). Dans les deux cas, vos clients vont sur votre adresse pour vous trouver. On commence avec la première option.

Les Saas pour créer sa propre boutique en ligne facilement

C’est quoi un Saas déjà ? En gros, vous créez un site internet qui est déjà en ligne. Pas besoin de louer un serveur pour l’héberger et faire pleins de manips pour le mettre en ligne. Tout est déjà prêt, ou presque. Il ne reste plus qu’à raconter votre histoire, ajouter vos produits mais tout est assez intuitif et facile à prendre en main. Ah oui, Saas c’est Software as a Service. Cela veut simplement dire que c’est une entreprise qui héberge, maintient et gère votre boutique en ligne pour vous. L’avantage, c’est que vous pouvez quand même utiliser votre propre adresse monnomdartiste.com et inviter vos clients dessus.

Les avantages : avoir sa propre adresse de boutique, personnaliser son site, se concentrer sur son cœur de métier, prise en main facile, sécurisé, mis à jour.

Les inconvénients : vous dépendez d’un service tiers pour faire fonctionner votre site, vous ne pouvez pas personnaliser votre site à l’infini, vous payez un abonnement.

Exemples de services :

  • Wix : très facile à utiliser, beaucoup de modèles | 24 € TTC /mois, pas d’autre frais
  • Shopify : très connecté, plutôt pour entreprises | 14,44 $ /mois + 3% par transaction
  • Squarespace : très design et intuitif | 17 € TTC /mois + 3% par transaction
  • Webflow : très puissant, poussé et dynamique mais assez technique | 29 $ /mois + 2% par transaction.

Aujourd’hui, je n’utilise aucun de ces services car j’ai créé mon site moi-même (je vous explique ça juste après). Si je n’avais pas choisi de créer et d’héberger mon propre site web et que je devais créer ma boutique avec une de ces solutions clé en main, je me lancerai sans doute avec Squarespace ou Webflow. J’ai une petite préférence pour le côté très design et esthétique qu’offrent ces deux outils.

Créer et héberger son site soi-même

Vous l’avez compris, je me suis orienté vers cette dernière option. Cela ne veut pas dire que vous devez faire de même. Elle a de nombreux avantages mais elle demande nécessairement beaucoup plus de temps et plus d’investissement. La courbe d’apprentissage est aussi plus ardue. Si vous voulez vous focaliser sur l’illustration et le développement de votre activité, choisissez plutôt un Saas comme Squarespace, Wix ou Shopify (au moins dans un premier temps). Si vous êtes curieux, un brin geek, que vous voulez personnaliser tout le design, tout contrôler, faire de votre site une plateforme avec beaucoup de contenus et pourquoi pas carrément créer plus tard un blog, un forum, des espaces membre ou votre propre marketplace, alors c’est peut-être pour vous. Là encore, plusieurs options s’offrent à vous : coder intégralement votre site (je ne vous le conseille pas) ou utiliser un CMS (Content Management System, en gros un système pour gérer du contenu). N’ayant pas de connaissance en code j’ai choisi l’option CMS. Pour être encore plus précis, j’ai choisi WordPress qui est un des CMS les plus connus. À lui seul, il fait tourner 34% des sites dans le monde.

Les avantages : site hébergé en propre, solutions open source, possibilités presque infinies de personnalisation, de nombreux plugins disponibles, des communautés d’aide nombreuses, possibilité d’héberger autant de sites que l’on veut sur son hébergement.

Les inconvénients : techniquement un peu plus complexe au départ, courbe d’apprentissage plus longue, themes et plugins intéressants mais peuvent être payants, mise à jour, maintenance et sécurité à vérifier soi-même, coût plus élevé au départ.

Exemples de CMS :

  • WordPress
  • Joomla
  • Drupal

Les CMS en général sont un peu des grosses machines sur lesquelles il faut passer du temps pour prendre ses marques. Aussi, si vous choisissez l’option CMS, lancez-vous avec WordPress. C’est l’outil le plus adpaté pour un portfolio, blog, boutique. Les ressources sont immenses. Une fois l’installation faite, c’est assez facile à prendre en main.

La création d’une boutique avec WordPress mériterait un article entier. Voici en deux mots un résumé en attendant ce prochain article. Il faut déjà distinguer wordpress.com (site sur lequel vous pouvez créer un site clés en main comme les Saas) de wordpress.org, site sur lequel vous téléchargez le CMS WordPress (un dossier qui contient le cœur de votre futur site) pour le copier sur votre hébergement. Car oui, il vous faut un hébergement. À titre de comparaison, il faut imaginer que votre hébergement est le parking sur lequel vous allez garer votre site, et le nom de domaine est en quelque sorte l’adresse du parking. (comme monnomdartiste.com par exemple).

Je vous recommande de prendre hébergement + nom de domaine chez o2Switch (lien juste en dessous), service français, de qualité avec un super rapport qualité/prix et un super service client.

Une fois que vous avez obtenu votre hébergement et votre nom de domaine, il vous faut créer votre base de données (c’est votre voiture ^^). L’installation un peu technique est bien résumée ici par WPMarmite. (J’ai choisi l’option FTP avec FileZilla).

Une fois votre site WordPress installé, vous pouvez le customiser avec un thème (une sorte de carrosserie pour votre site). Pour aller vraiment loin on utilise un thème premium (une super carrosserie payante) comme Elementor ou Divi (j’ai choisi Divi. Les deux se valent. À vous de voir le mieux pour vous).

Une fois votre thème choisi, vous allez avoir besoin d’un plugin (une sorte d’extension qui gère une fonction particulière) pour créer votre boutique et vos produits. Je vous recommande Woocomerce qui est gratuit est super puissant. Une fois votre boutique crée, il ne vous reste plus qu’à installer une solution de paiement. J’utilise Stripe qui fonctionne très bien avec Woocommerce.

Cela fait beaucoup d’infos. Ce n’est pas un tuto mais plutôt une vulgarisation pour que vous puissiez juger rapidement des étapes nécessaires et faire le bon choix.

J’ai fait ce choix (en plus d’être sans doute un brin geek) car j’avais pu tester WordPress pour d’autres projets avant de me lancer. C’est la possibilité d’une grande flexibilité dans le design et de nombreuses possibilités comme créer un blog, de nombreux articles, des cartes interactives, des espaces membres qui m’ont fait pencher pour cette option.

On résume

Vous voulez vendre 2, 3 illustrations sans vous prendre la tête et sans investir de temps : lancez-vous avec Etsy. Vous avez envie d’avoir votre propre boutique, vous n’êtes pas trop geek mais créatif, regardez du côté de Wix, Squarespace et Shopify. Vous avez des bonnes bases en design, vous aimez fouiller sur le web, trouver des solutions et vous avez envie de pousser la customisation de votre site bien loin, regardez Webflow ou l’installation maison avec WordPress.org.

Allez, c’est à vous de jouer maintenant ! Bonne chance et à tout de suite en commentaire. Je réponds à vos questions. Je suis très preneur de vos expériences persos.

Bonus : Vendre via les réseaux sociaux

Ce n’est pas à proprement parlé une « boutique en ligne » mais les réseaux sociaux proposent des outils pour vendre depuis vos comptes Instagram, Facebook en créant votre compte entreprise Meta.

Vous pouvez également connecter votre boutique en ligne et ajouter vos produits à votre profil social. La publicité sponsorisée est un boost qui peut accélérer votre business et les possibilités de vente. Les réglages des Ads ne sont pas à prendre à la légère. Cela demande pas mal de temps d’investissement pour avoir des campagnes cohérentes et intéressantes.

Je vois les outils que proposent les réseaux sociaux comme des extensions de votre boutique. C’est un bonus et non une finalité. Rapelez-vous que l’intérêt des plateformes sont la captation d’attention des utilisateurs et leur fidélisation et non votre visibilité. Vous ne devez pas tout miser sur eux mais les utiliser pour ce qu’ils sont : des outils.

Bonne chance à toutes et tous et au boulot !

Comment expédier ses illustrations ?

Comment expédier ses illustrations ?

Lorsqu’on se lance comme illustrateur, une fois réglée la question de comment imprimer ses illustrations ? vient celle de comment expédier ses illustrations ?

Allons droit au but. Il y a deux cas de figure. Tu expédies tes commandes toi-même. Tu fais imprimer et expédier tes commandes par un service d’expédition. Nous parlerons seulement de la première option ici.

Expédier ses illustrations soi-même

Selon moi, les deux critères les plus importants pour le client sont 1 : le bon état de la commande à l’arrivée et 2 : le bon respect du délai de livraison. Je vous avoue qu’il n’est pas évident de toujours respecter ces deux engagements et d’obtenir la satisfaction du client. L’important est de communiquer avec lui et de ne pas le laisser partir déçu (Tu es un client déçu ? Envoie-moi un message et on en parle).

Choisir son service d’expédition

En France, nous avons le service national incontournable Colissimo de La Poste (c’est le plus utilisé). Ce n’est pas parfait et j’ai pu perdre beaucoup de temps et pester pour des commandes non livrées ou abîmées. C’est pourtant le service que j’utilise actuellement. Il est aussi possible de se tourner vers d’autres services. Voici un rapide comparatif :

  • Colissimo (La Poste) : Peu de flexibilité, tarif attractif
  • Chronopost (La Poste) : Flexibilité de livraison, tarifs plus élevés
  • DPD (La Poste) : Flexibilité de livraison,
  • Mondial Relay (français) : couverture nationale, spécialisé point relais
  • Relais Colis (français) : couverture nationale, spécialisé point relais
  • DHL (allemand) : international, peu développé en France
  • FedEx (américain) : international, peu développé en France
  • UPS (américain) : livraison rapide, plus cher
  • GLS (néerlandais) : international, peu développé en France

Vous avez une expérience avec l’un de ces services en France, je suis preneur de vos retours en commentaire.

Expédier ses illustrations avec Colissimo

Je ne peux témoigner que de ce service, n’ayant pas encore testé les autres. Colissimo vous propose Colissimo Particulier, Colissimo Pro ou Colissimo Entreprise (Facilité). Après deux ans avec un contrat Colissimo Entreprise (Facilité), je passe à Colissimo Pro. Voilà pourquoi :

Colissimo avec compte Particulier ou Pro

  • Adresse expéditeur enregistrée
  • Plusieurs commandes en même temps
  • Impression chez soi ou sur automate
  • Délai indicatif J+2
  • Paiement unique en ligne ⚠️ (un peu plus long mais quand c’est payé, c’est terminé)
  • Prix moins élevés

Tarifs vers France métropolitaine (au 8/09/22) :
4,95€ TTC | – 0,25 g
5,85€ TTC | – 0,50 g

Colissimo Entreprise (Facilité)

  • Adresse expéditeur enregistrée
  • Plusieurs commandes en même temps
  • Impression chez soi
  • Délai indicatif J+2
  • Possibilité d’exporter les bordereaux depuis son site ✅
  • Solution de retour ✅ (utile mais pas nécessaire)
  • Possibilité de proposer un point retrait ✅ (utile mais pas nécessaire)
  • Prélèvement mensuel ⚠️ (pratique mais attention aux frais cachés)
  • Prix plus élevé 🛑
  • Frais cachés 🛑 (colis roulant =6€, mail/ téléphone manquant=pénalité, ajustement pétrole)

Tarifs Domicile sans signature vers France métropolitaine (au 8/09/22) :
5,96€ HT | – 0,25 g
6,71€ HT | – 0,50 g

Colissimo Pro ou Colissimo Entreprise (Facilité), que choisir ?

La grosse différence tient au fait qu’avec un simple compte Pro La Poste, le règlement se fait par carte à la fin de chaque expédition (ou expédition multiple) alors qu’avec un contrat Facilité, le paiement se fait mensuellement par prélèvement. L’option Colissimo Entreprise (Facilité) est très pratique mais elle réserve son lot de mauvaises surprises (C’est pour cela que je change). En effet, en consultant sa facture, on découvre qu’une option de 6€ a été ajoutée automatiquement sur un colis un peu trop circulaire, le coefficient pétrole (variable de mois en mois) s’ajoute à la facture, une adresse mail ou un numéro téléphone erronés engendrent également une pénalité. La deuxième différence est le prix du Colissimo lui-même. Pour un colis de moins de 25g, il faut compter 4,95€ TTC avec un compte Particulier ou Pro contre 7,15 € TTC avec Colissimo Entreprise (Facilité) (quand tout se passe bien et sans compter l’ajustement pétrole). Les prix de Colissimo Entreprise (Facilité) peuvent être négociés à la baisse mais il faut un volume important.

Si, comme beaucoup d’indépendants, vous ne récupérez pas encore la TVA, et que vous n’avez pas un énorme flux d’expédition, le choix du simple compte Particulier ou Pro me semble pertinent. Si en revanche, vous avez un plus gros volume de vente, récupérez la TVA, avez besoin d’options avancées, le contrat Entreprise (Facilité) peut être pertinent.

Pour créer un compte Particulier La Poste c’est ici.

Pour créer un compte Pro La Poste c’est ici.

Pour souscrire au contrat Entreprise (Facilité) c’est ici.

Comment empaqueter ses illustrations ?

Maintenant que nous avons un moyen d’expédier nos illustrations, passons à leur conditionnement. C’est une étape importante car sans un colis adapté et résistant, vos illustrations n’arriveront jamais à votre client. La question importante à se poser ici est celle du format. Quel type d’illustration allez-vous envoyer ? De quel format est votre illustration ?

Pour aller très vite, je dirais que du petit sticker au format A4, on peut expédier l’illustration à plat dans une enveloppe cartonnée. Au-delà du A4, on roule l’illustration dans un triangle ou dans un tube.

Empaqueter une petite illustration

Pour un petit format, il existe de nombreuses enveloppes solides (plus ou moins jolies) pour expédier vos mini formats, cartes, portraits, petits tirages. Elles se commandent très souvent par lot. Le prix peut être dégressif en fonction du nombre. De mon côté, j’ai déjà testé celles de Pays des enveloppes. Voici quelques exemples à votre disposition (il en existe beaucoup d’autres) :

enveloppes-pour-expedier-des-illustrations

Enveloppes papier colorées Hello

lot de 25 pièces | 120 g | 5 formats | 0,42€ TTC (sans frais de port)
À utiliser avec un support carton pour soutenir.
paysdesenveloppes.fr

enveloppes-en-carton-pour-envoyer-des-illustrations

Enveloppes dos carton colorées

lot de 25 pièces | 110 g | A5, A4 | 6 couleurs | 0,65€ TTC (sans frais de port)
paysdesenveloppes.fr

Envoyer une illustration de taille moyenne

Pour un moyen format, le A4 ou le A3, courent de plus grands risques. Il faut se dire que plus le format est grand plus le papier à plat risque d’être endommagé. Pour protéger son oeuvre et la faire parvenir sans risque, je recommande d’envoyer l’illustration roulée. Pour un format moyen, un triangle en carton peut faire l’affaire. Il présente deux avantages par rapport au tube : pas besoin de lui rajouter un fourreau pour l’empêcher de rouler sur les tapis de La Poste et le diamètre pour l’illustration roulée est plus large. Ils sont néanmoins un peu plus fragiles qu’un tube. Voici le modèle que j’utilise :

triangle-en-carton-pour-expedier-des-illustrations

Triangles d’expédition Tristar

lot de 25 pièces | vendus à plat | 5 formats | à partir de 1,08€ TTC (sans frais de port)
paysdesenveloppes.fr

Envoyer des illustrations grand format

Pour les grands formats, souvent le coût d’impression monte, si l’on fait du jet d’encre pigmentaire par exemple. Le papier est plus épais et la taille de l’illustration roulée commence à être imposante. Plus question d’utiliser des triangles. On passe aux grands tubes en carton. Voici la référence qui m’a été conseillée et que j’utilise depuis plusieurs années.

Tube d’expédition cylindrique

2 modèles | diamètre large | à utiliser avec un fourreau
manutan.fr

Tube d’expédition cylindrique

7 modèles | diamètre fin | à utiliser avec un fourreau
manutan.fr

fourreau-carton-pour-expedier-des-tubes

Fourreau carton pour tubes cylindriques

lot de 25 pièces | 1 modèle | à partir de 1,48€ TTC
Petite astuce : vous pouvez les fabriquer vous même 😉
raja.fr

Et maintenant ?

Je pense que vous avez en main les informations essentielles pour commencer à préparer votre première commande et à expédier vos illustrations. Si vous avez des références d’autres articles, si vous avez testé d’autres services, ou avez des idées pour améliorer les expéditions, vous pouvez nous partager cela en commentaire. Au boulot et bonne expédition !

Quel bilan après cet été ?

Quel bilan après cet été ?

L’été est terminé… 🐚                    

Néanmoins, j’espère que vous avez passé un bon temps et que vous avez pu bien vous reposer.

De mon côté, j’ai profité de ce temps estival pour :

🟢 1 – Me couper des réseaux  🔇
Et ben Bon Dieu que ça fait du bien ! J’ai fait le choix de stopper un temps la course aux algorithmes insta, tiktok, linkedin et de laisser le téléphone dans un coin. J’en conclus que : 

– 1 : les réseaux sociaux sont un canal stratégique

– 2 : qu’ils ne méritent pas notre santé mentale

– 3 : que je vais leur consacrer moins de temps mais mieux cette année.

🟢 2 – Revenir aux bases 🎨

Ce temps de pause m’a aussi donné l’envie de tourner mon travail vers des techniques plus directes, imparfaites et naturelles : la peinture par exemple. Je vais cette année travailler, en partie, avec de la gouache ou de l’acrylique :

– 1 : le rendu est unique et très chaleureux

– 2 : le travail est à l’échelle 1 : 1, on ne se perd pas en détails

– 3 : plus besoin d’électricité 😉 (ou presque)

🟢 3 – Lire 📚

La lecture peut sembler un à côté du travail mais elle a des grandes répercussions sur notre imaginaire, de même que tout ce que l’on voit ou écoute. J’ai parfois le regret de ne pas avoir assez lu. Je prends maintenant un peu plus de temps pour lire afin de : 

1 – : découvrir un nouveau sujet sur le temps long

2 – : rendre mon imaginaire disponible sur un mode hors écran

3 – : travailler ma capacité de concentration

Voilà pour les petites nouvelles. Comment envisagez-vous la rentrée de votre côté ? 

Est-ce avec un peu d’appréhension et nostalgie ou d’enthousiasme et motivation ? De mon côté c’est un doux mélange. 

Voici une illustration pleine page pour Bastille Magazine, commandée par Michael Prigent, directeur artistique de la revue, en juin dernier, à l’occasion de la fête des pères et des législatives. 

Bastille Magazine, juin 2022

Heureux de vous préparer de nouveaux dessins, je vous souhaite une bien belle rentrée ! 

Courage et enthousiasme ! 💪